Il faut bien que jeunesse

La jeunesse, ça existe ? Ça finit quand ? N’est-ce pas un mythe que l’on reconstruit après coup ?
Quels sont les points communs à chaque génération ? Qu’est-ce qui fait la spécificité de la jeunesse 2020 : génération de la catastrophe écologique ? De la créativité numérique ? Génération empêchée, confinée dans sa chambre et enfermée dans le virtuel ?

Il faut bien que jeunesse raconte l’histoire d’un groupe de jeunes habitant chacun leur chambre comme autant de planètes. Sur le plateau : les chambres de cette jeunesse, chambres exemplaires, dans lesquelles nous les regardons vivre ensemble et séparés, ultra-connectés et isolés. Ces vies entre présence et absence, cette jeunesse qui vit sous nos yeux, c’est une chercheuse, Stella, qui nous permet d’en être les témoins, c’est elle qui les observe et relie leurs trajectoires à la sienne.

 

En Compagnie des Barbares

Écriture et mise en scène Sarah Freynet
Mise en scène de l’image Véronique Caye
Collaboration artistique Mélanie Vayssettes
Avec Karine Monneau, Maëva Meunier, Adèle Marini, Eliot Saour et Simon Le Floc’h

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×